Leçon 5 : Les katakanas contre-attaquent !

12/09/2014

Après les hiraganas et toujours dans la catégorie “putain, bordel, c’est relou, y’en a plein et faut tous les apprendre par coeur”, je vais aborder le deuxième système d’écriture syllabique japonais, les 46 katakanas.

Ils sont, comme les hiraganas, nés de la simplification de certains kanjis mais ont une image plus masculine car moins arrondis et dessinés au katana. En résumant, chaque son ou syllable en japonais peut donc s’écrire de deux manières différentes, soit en hiragana, soit en katakana.

Vous avez même le sens d’écriture des traits alors plus d’excuse et à vos stylos ! (Source photo : Wikipedia, Crissov)

Mais pourquoi alors avoir inventé deux systèmes à première vue “similaires”?

Pour embêter les ‘tis otakus français ?

 

Non, mais tout simplement pour mettre en valeur certains mots : un peu comme l’italique en français ou en anglais. Car les katakanas sont utilisés pour des catégories spécifiques : la retranscription des mots d’origines étrangères, les onomatopées, les termes scientifiques ou encore les noms de plantes et minéraux.

 

Contrairement aux idées reçu, les katakanas sont au moins aussi anciens que les hiraganas (IXème siècle). Seulement, ils sont surutilisés à notre époque, essentiellement pour retranscrire les, toujours plus nombreux, mots d’origine étrangère ( les “gairaigo”).

 

Voici quelques exemples de mots provenant de l’anglais et communément utilisés en japonais :

  テーブル(teeburu) = la table

  ギフト(gifuto) = le cadeau

  パソコン(pasokon)= le PC, l’ordinateur de bureau

Et voici quelques exemples de mots dérivés du français :

  ランデヴー(randevuu)= le rendez-vous (amoureux)

  プチ(putchi)= petit

  メーゾン(meezon)= la maison

 

Lorsque l’on retranscrit son nom en japonais, on utilise également ce système d’écriture.

Mon prénom “David”, s’écrit donc de la sorte : ダヴィッド(Daviddo).

Les consonnes sont parfois doublées en japonais afin d’indiquer une plus forte intonation. C’est ici le cas du “d” qui est doublé via le katakana du “ッ(tsu)” écrit en petite taille derrière le “do(ド)”.

 

Et là,vous me demander, mais pourquoi “do” et non pas “d”?

La réponse est simple, les katakanas sont des syllables et non pas des lettres. Le katakana (une consonne associée à une voyelle) qui semblera à l’oreille du Japonais le plus proche du mot étranger sera alors utilisé. J’avoue que bien souvent ça n’a au final rien à voir avec la prononciation originelle. Alors quand un japonais essaye de vous parler anglais, préparez-vous au pire.

 

Mais bon,vous croyez que l’on peut retranscrire correctement le japonais avec notre alphabet ?

 

Ecrit par David

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s