Tradition : Momotaro, héros du folklore nippon

Du côté de Nagoya, il y a même un sanctuaire dédié avec la statue de l’enfant. Il a la pêche !

06/08/2014

Plus célèbre que Sangoku, Momotaro est un peu le petit poucet japonais (j’exagère fortement) et le symbole du folklore et des contes pour enfants au Japon.

Si un Japonais se rend compte par mégarde que vous ne connaissez pas cette histoire, il va vous prendre pour un inculte puis vous rendre sa carte d’amitié et cela même si vous essayez de rattraper le coup en exposant vos connaissances en matières de mangas ou d’idole Jpop (c’est du vécu !).

Si vous aimez le Japon, vous devez donc aimer Momotaro. Je m’empresse ainsi de vous faire rattraper votre retard. Quant à ceux qui connaissent déjà, ça ne vous fera pas de mal quelques révisions !

L’aventure de Momotaro est apparue à l’époque Edo (1604-1867) et est contée dans une chanson extrêmement célèbre de 1911.

J’aurai pu tout simplement mettre en ligne une vidéo de moi la chantant au karaoké mais je n’ai pas osé aller jusque-là.

Pour me faire pardonner, voici un bref résumé de l’histoire :

Ça commence fort puisque Momotaro naîtra à l’intérieur d’une pêche (Momotaro siginifie « l’homme pêche ») retrouvée dans une rivière par une vieille dame faisant sa lessive. Ensuite élevé par la vieille dame et son mari, Momotaro sera dans l’impossibilité totale de vivre une enfance normale et devra mettre fin à sa partie de Monster Hunter 3DS pour partir à l’aventure. Ce jeune enfant sera effectivement envoyé seul sur le front afin d’affronter de terribles démons dont le passe-temps favori est de terroriser son peureux de village. Heureusement pour lui, Momotaro sera aidé dans sa quête par trois animaux, un chien, un singe, et un faisan, en échange de la seule nourriture qu’il transportait : des confiseries japonaises appelées « kibidango » (très équilibré tout ça pour un long voyage…).

Bref, l’histoire de Momotaro est un grand classique et a d’ailleurs servi à de nombreuses adaptations animées.

J’invite tout le monde à regarder ou re-regarder les épisodes 377 et 378 de Conan (le détective bien sûr, pas le barbare) qui traitent justement du sujet.

Ecrit par David

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s